Pourquoi choisir deux matelas individuels ?

Un mystère… de taille :

Depuis des temps immémoriaux (l’avènement du 3 catalogue suisse en couleur…), le quadryptique aussi immuable que les tailles de couettes incontestées remettent en question la logique minimale qui voudrait qu’ils correspondent aux formats de matelas. En observant lesdites tailles (toujours données en cm, largeur x longueur), on peut voir qu’il y a comme un peu de préoccupation…

Lire également : Comment se motiver au travail ?

  • 140×200 : pour lits de 80 et 90 cm de large
  • 200×200 : pour lits de 120 et 140 cm de large
  • 240×220 : pour les lits 140 et 160 larges
  • 260×240 : pour les lits 160 et 180 de large

Au niveau de la largeur, nous ne chipote pas pour 10 ou 20 cm d’écart, le spectre des dimensions couvre assez bien la multitude de cas : la largeur des matelas de 80cm à 180cm, mais aussi toutes les combinaisons possibles de hauteur de literie (pieds lit et matelas), ce qui devrait être pris en compte lors de l’évaluation ce qui sera nécessaire dans « retombées » de la couette de chaque côté du lit.

Lire également : A quoi servent les fake news ?

Nous ne voyons pas pourquoi, le matelas mesurant tout 190 ou 200 cm de long, nous nous retrouvons avec des longueurs de couette qui les varient, de 40cm… Deux tailles sont surtout les coûts de l’opération, ceux de 200 cm de long, qui dans la pratique ne laisse aucune autre option que les épaules nues… ou les orteils dans l’air !

Comment on y est arrivés ? On pense qu’il doit bien y avoir une raison, et avant de crier de scandale, nous avons cherché à comprendre..

Le pourquoi de la façon

L’ intérêt bien compris du statu quo

Tout d’abord, nous avons été très surpris de voir que les fabricants de couettes en duvet et de housses de couette en lin que nous avons interrogés, ne contestent pas les mérites de notre question. L’argument du club est plutôt, comme, « Je suis le mouvement ». Un fabricant de housses de couette s’alignera logiquement avec les dimensions pratiquées par les fabricants de couettes… et vice versa. Instoppable, humain, tout le monde est près de la barbichette, et ça peut durer longtemps comme ça.

Nous ne sommes pas plus avancé, cependant…

La couette, toute une histoire

Alors, revenons aux sources…

La couette nous vient du nord de l’Europe, et a été créée à partir des années 1970, maudissant progressivement notre bon vieux drap plat tandem — couverture (faux à notre avis, mais c’est un autre débat…).

Plus chaude, plus légère, perçue comme moins restrictive pour « faire son lit », elle a remis en question quelques bonnes habitudes de nous dans le domaine du sommeil. Là où en France (et dans tout un tas d’autres pays ailleurs), nous pratiquons le « co-dodo » sous le même drap, nos amis du nord dorment le plus souvent avec leur couette personnelle, un très riquiqui certainement, mais seulement à soi-même. Que ceux de plus de 1.85m qui ont séjourné à l’hôtel ou avec des amis en Allemagne, et qui n’ont pas la nuit « tenté la diagonale » me jeter le premier oreiller…

L’ Europe du Nord, bien sûr, connaît également les couettes doubles, mais ils sont moins communs qu’à la maison et dépassent rarement 240×220, tandis que leurs tailles de lit sont beaucoup plus élevées que les nôtres, généralement 180 cm de large.

En entrant sur notre marché, les couettes sont arrivées avec leurs formats originaux, et deux cultures de sommeil se sont heurtées : le pragmatisme de la couette individuelle Vs une vision plus « matrimoniale » du sommeil… Donc, pour satisfaire tout le monde, ont été confirmés et adoptés les tailles germaniques originales (140×200-200-200-240×220), mais une taille bien de nous (c’est le format standard d’une grande couverture) a encore été approuvé, le 260×240, pour ajouter notre grain de sel à « Europe de la quilt », et rallier nos derniers récalcitrants.

Le format idéal :

Pour deux : un double ou deux simples ?

C’ est la première question à poser. En France, c’est le choix d’une grande couette simple qui vous viendra spontanément à l’esprit.

Mais n’y a-t-il pas de bonne chose à prendre dans le choix opposé ?

Premier argument : la différence de sensibilité au froid des traverses. Avec deux couettes individuelles, chacune peut choisir son poids en fonction de sa frissure. Et puis, terminé le « combat de la couette », avec au mieux, les courants d’air prématurés, au pire, le nu de tout ou partie d’un belligérant… Dernier point pratique enfin, la taille de la « bête »… grand moment de solitude en effet lors de l’installation de votre maxi couette dans sa maxi-housse, si vous n’avez pas l’espan d’un joueur de basket NBA !

De grandes ou petites retombées ?

Quel que soit le choix précédent, couette double ou couette simple, vous pouvez avoir besoin d’une couette qui tombe largement sur les côtés et au pied du lit. Avantage esthétique indéniable, le sommier disparaît derrière le beau drapé d’une couette serrée sur le lit, une coquetterie qui semblera bien bouleversée pour les autres, pour qui un lit est fait pour dormir la nuit, ne pas paraître jolie pendant la journée : couettes laissées « naturelles » (si vous voyez ce que je veux dire…) ou enlevé à aérer. Une couette aux retombées généreuses permettra également de bien le border sous le matelas, une fois notre ancien atavisme « couverture » prend le relais ! C’est enfin la garantie d’un sommeil chaud, sans risque de courants d’air.

Ne perdez pas de vue le fait qu’une couette surdimensionnée, ce sera un coût supplémentaire double à l’achat (la couette et la housse), mais aussi à l’entretien. En passant de 240×200 à 260×240, il ne ressemble à rien, mais c’est 20% en plus de tissu (couverture) à laver, repasser, plier, etc…

Les « nouvelles mesures » de Landmade

Compte tenu de ce qui précède, il semble que si le système de taille de la couette n’est finalement pas aussi incohérent que cela, nous pourrions toujours proposer quelques tailles complémentaires. Ayant la chance de fabriquer nos housses nous-mêmes, et de pouvoir fabriquer nos couettes en laine aussi sur mesure, nous sommes libres de nos mouvements, et en mesure de vous proposer la housse coordonnée couette dans les nouvelles dimensions.

140×220 :

Les 20 cm supplémentaires de longueur ne seront pas luxueux, par rapport à un standard 140×200. Nous comprenons que 2m de long, il peut être assez pour les enfants, qui, il est vrai, constituent la majorité des occupants des lits simples, mais n’oublions pas nos grands pôles d’adolescents dopés avec des céréales, qui vont rapidement dépasser leurs propres parents par une tête, et qui, diplômés, va statistiquement commencer une brillante carrière de célibataire durci. Et enfin, ne perdons pas de vue le fait que la couette individuelle est également utilisée (voir ci-dessus) dans un lit double, chacun le sien. Adultes gâtés (et aussi pour certains, farcies de céréales…) que nous sommes apprécieront quelque chose de plus grand qu’une serviette de plage…

220×220 :

20 cm de moins en largeur par rapport à 240×220, il sera préférable pour 140 grands lits de style contemporain (inférieur). Pour la rigueur, ce format peut également être adapté pour 160 lits larges. Le 220 cm de long nous semble, comme dans le format précédent, le minimum de longueur nue.

280×240 :

En format maxi, il peut également accueillir des literie ultra-larges qui sont de plus en plus succès : 180 ou 200cm.

Si l’on est un adepte d’une seule pièce pour deux, vous devez au moins en largeur, outre que pour ces literie haut de gamme, les lits et les matelas sont souvent plus épais, et vous devez avoir une certaine marge en termes de retombées.

Ainsi, même dans le Choix des tailles complémentaires, il y aura quelque chose pour tous les goûts : une couette individuelle, une taille intermédiaire polyvalente, et un format XXL.

Enfin, nous confirmons que, dans les limites des possibilités techniques des fabricants concernés, nous pouvons fournir sur devis n’importe quelle taille qui ne figure pas déjà dans le catalogue. N’hésitez pas à consulter.

Actu
Show Buttons
Hide Buttons