Combien de watt cigarette électronique ?

moustache fine avec le Clark Gable et les lunettes rondes Geek est devenue un phénomène viral, Marc Rebillet. Pour cela, une méthode qui n’est même pas une : multiplier les vidéos sur YouTube, où il peut être vu en direct de son appartement à New York, radio, pop, musique électronique ou rap au moyen du bord. Rencontrez l’autre joker de Gotham. La

Article de la Supplément Society of Trans Musicales 2019, écrit par David Alexander Cassan la même année.

Lire également : Comment mettre NORD VPN en français ?

Marc Rebillet a 31 ans, plus de 700 000 fans sur Facebook. Récemment, il vient d’emménager dans un bel appartement sur Mott Street, Manhattan. « Il a déménagé ici, justifie-t-il avec un jus d’oranges pressées, « c’était une sorte de fantasme d’enfants, complètement vain et vain ! « Mott Street fait partie de Nolita (pour le Nordland de Little Italy), quartier « inventé » dans les années 1990 par des promoteurs qui ont été créés par la hausse des prix a été grisée. Situé sur la terrasse du Café Gitane chic et décontracté, porté dans de belles chaussures en cuir sans chaussettes, le musicien/Youtuber rappelle son enfance dans le New Jersey, l’Hudson ou les années de la cuisine à Brooklyn, de l’autre côté de l’East River. « Manhattan est le centre de l’univers ! Je vis ici jusqu’à ce que ça devienne trop cher ou que je cesse de gagner de l’argent, mais maintenant ça marche ! « Moustache et cadres fins, Marc donne « à mon pote », se laisse emporter, se cache lourdement, et son enthousiasme est aussi communicatif devant un verre qu’il est derrière le clavier, le microphone, le looper et le MacBook, ce qui a fait de lui une place au centre de l’univers.

A lire aussi : Quels sont les loisirs préférés des adultes ?

Cigarette, télégramme et piano Comme son nom suggère que l’histoire de Marc Rebillet commence à des milliers de kilomètres. En 1969. Susan est venue de Caroline du Sud pour découvrir l’Europe avec ses amis. Place de l’Opéra à Paris, elle demande une cigarette à un étranger qui répond comme un Français de carte postale : « Je te donnerai une cigarette si tu manges avec moi ». Le nom de l’homme est Gilbert Rebillet, et son fils raconte l’histoire de ses parents comme un conte de fées, avec une touche de vulgarité pour la pudeur : « Ils mangeaient ensemble, ils marchaient à travers Paris, il chantait leur sérénade, ils se sont embrassés sur la Seine et toutes ces merdes hyperromantiques. Quand elle a quitté Paris, elle a reçu un télégramme de mon père disant « Je te manque » (en français dans le texte), elle est revenue et ils se sont mariés un an plus tard. « L’hôtel est situé à Dallas, Susan et Gilbert enverront les annonces de la naissance de Marc seulement dix-huit ans plus tard, mais une telle histoire ne pourrait être envoyée qu’à une enfance « très joyeux, même très idyllique ». Quand leur fils unique avait trois ans, le reballe se déplaçait dans une « belle Victorian Home « à Englewood, New Jersey. Gilbert, qui a travaillé pour Pierre Cardin à Paris, est le directeur d’Escada, une marque allemande de haute couture, Susan détient un doctorat en psychologie et Marc a commencé le piano. Et bientôt le théâtre.

Voir aussi Cette grande foire musicale de Marc Rebillet avec DJ Premier

Néanmoins, il forge certains de ses « fantasmes d’enfance » à la célèbre école de musique de Manhattan. Juste un problème ? « J’ai adoré le résultat final quand je pouvais jouer quelque chose, mais je détestais le répéter », avouait-il sans regretter. Mes parents ont dû me forcer ! « Heureusement, Susan, la fille du Sud, laisse l’âme découvrir chez elle : Temptations, Ray Charles, Four Tops… Et ce Gilbert le présente à Trenet, Brel, Brassens, s’il ne chante pas des mélodies d’opéra — Marc fait la vocalisation sur la terrasse, sur Mott Street, pour l’imiter. Dans Les Rebillet nous parlons Anglais ou français et parfois nous traversons l’Atlantique pour visiter la famille ou les amis à Paris, Aix-en-Provence ou Aix-les-Bains. Marc avait 13 ans lorsque les retotes retournèrent à Dallas pour s’installer dans la banlieue féminine de Greenway Parks. Frêle, mais extraverti adolescent, il tombe dans le rocher que le temps a dans la poutre : Green Day, Nirvana, Slipknot ou Marilyn Manson. Et la joie laisse de la place à la rate. « J’étais très déprimé, glissant Rebillet sans pathos. En raison d’une fille ou des sentiments plutôt abstraits qui vous font sentir bien gratuitement quand les hormones prennent le contrôle de votre corps. Mais j’ai surmonté ça très vite ! « Comment ? Merci à Internet, à un ami pour la vie et la conduite sous l’influence des stupéfiants.

En haut à Dallas, en bas et en dehors à Paris « La première chose qui m’a façonné à propos de Marc était probablement sa voix parce qu’elle porte et a une opinion de tout quand il n’était pas physiquement imposant à l’époque. « C’est l’un de ses meilleurs amis, Frederick Whinery, qui parle. À l’âge de dix-sept ans, il travaille avec Rebillet dans le département théâtral de Booker T. Washington High School de Dallas et s’appelait toujours Michael (Frederick n’est que son deuxième prénom). Marc et Michael parlent de cinéma ou de musique pendant des heures et trouvent un remède amusant pour la mélancolie. « Nous avons téléchargé de la musique sur Internet, remplacons Rebillet, brûlé sur CD, puis fumé de l’herbe et conduit en voiture à Dallas… Les enfants, se faire frapper et conduire, quelque chose de génial arrive quand vous le faites ! « Lurnicheux : « Dans une voiture, vous êtes proche des haut-parleurs et le paysage change avec l’environnement sonore comme si la musique devenait tactile. »

La vision rudimentaire d’aujourd’hui est utilisée à la technologie : Marc souscrit à Rhapsody (ancêtre distant de Spotify) et suit les recommandations d’iTunes, Michael Les blogs pour découvrir la belle fleur du hip-hop souterrain, et les compositions qu’ils brûlent sur CD, se terminent dans le multi-joueur six fentes. Installé dans la petite Mercedes rouge convertible Marc. Madlib et son projet parallèle, Quasimoto, Jay Dilla, Flying Lotus, la Suède par Little Dragon… Marc rejoint la respectable University of SMU de Dallas pour réaliser son vrai rêve d’enfance : devenir acteurs. « Et puis je ne sais pas ce qui s’est passé », regrette aujourd’hui, mais j’ai perdu la flamme. J’avais peur de ne pas être à l’université pour les bonnes raisons, me sentir coupable parce que ça coûtait 40 000$ à mes parents par an… J’ai démissionné, trouvé un emploi derrière un comptoir de cinéma, et j’ai acheté un petit home studio pour essayer de faire quelque chose à partir de toute la musique que j’avais enregistrée.

Provient de cours de mixage jazz-or, beaucoup de petits travaux, un projet solo, Leae et un autre Avec Frederick, Pod 314. Un concept album disponible sur SoundCloud dans lequel Marc s’occupe de la musique et des effets sonores lorsque Frederick scanne un long poème qui compte le voyage de Pods vers Mars a grandi en sachant qu’il allait sauver le monde. En 2011, Rebillet quitte Dallas pour renouer avec ses racines à Paris. Il dirige un blog dans lequel il publie des morceaux embryonnaires, des mèmes ou des instantanés de sa vie parisienne. « Une année horrible », rira-t-il aujourd’hui. Je vivais dans un trou de 9 mètres carrés à Passy, dans le 16ème arrondissement, et je pouvais à peine payer mon loyer en étant serveur à un dîner marais, petit déjeuner en Amérique, où il y avait une queue au coin… « Vache, l’autre mère patrie ? « C’était ma faute, pas celle de Paris… Même quand je parle français, j’avais envie de perdre une partie de moi-même en ne m’utilisant pas de façon précise et imaginaire. pourrait exprimer… »

L’ ancien capitaine français XV Yoann Maestri, assis à côté de la table, hoche la tête et intervient en anglais : « Vous pouvez parler français, je parle anglais, mais nous ne traduirons pas 100% de notre personnalité. » Marc n’a pas reconnu le géant sympathique, mais il est ravi dans ce domaine, où nous rencontrons « beaucoup de gens célèbres ». Après Paris, il redécouvre New York adulte. Loin de Gabriel Byrne ou John Legend, son voisin de Nolita, il a vécu à Bushwick, Brooklyn, pendant un certain temps dans un colocataire avec Frederick et d’autres dans un loft rénové. Marc avait trouvé un bon emploi en tant que directeur adjoint, produit des beats sans succès et sorti son premier EP avec Leae, Rattlebrain. « C’était à New York », a dit Whinery, « Marc a commencé à faire du sport et à mieux manger. »

leae · Rattlebrain EP « Le plus déterminé Bâtard » Malheureusement, la maladie d’Alzheimer est diagnostiquée à Gilbert et Marc doit retourner à Dallas en 2014. « J’ai aidé ma mère pendant quatre ans et je lui ai rendu visite tous les jours quand nous avons dû l’emmener dans une maison de retraite. À côté, je suis devenu serveur à la Brain Dead Brewery, un restaurant, et j’ai acheté mon looper RC-505. Un excellent outil avec lequel j’étais stupide. « Rien de plus ? « À un moment donné, j’ai passé mon permis d’agent immobilier pour en faire mon travail et arrêter la musique. Sauf que je détestais, détesté ! « Le travail de rêve sera trouvé chez Kalkomey, une entreprise qui… Exclure les permis de chasse et d’embarcation partout en Amérique du Nord.

Ses journées commencent à 17h, et il est seul au bureau de 18h à minuit. « Je n’ai jamais chassé ma vie avant, il est devenu drôle, mais j’ai dû recevoir 50 appels par jour, et il s’agit souvent de réinitialiser un mot de passe… Je pouvais regarder Films, fumer de l’herbe, boire de la bière. J’ai même engagé Michael et nous avons retourné une Playstation pour jouer au Tiger Woods PGA Tour. C’est de bons jeux de golf, c’est relaxant et il est temps entre les coups ! « Frederick Whinery, que Marc est l’un des rares encore appelé le nom de son enfant, complète ce tableau digne de Judd Apatow : « La pire chose que nous avons faite était de faire du sport en sous-vêtements… C’était tellement relaxant que nous avons averti notre manager quand il est retourné au bureau. « Marc trinque au vin blanc — « tchin tchin, mon gars » — et merci pour ce travail amusant pour ses premières vidéos YouTube, dans lesquelles l’élégant rebilet montre une impressionnante collection de peignoirs, discuté avec ses disciples, musique de son appartement improvisé.

Lorsque Kalkomey déménage son service à la clientèle au Canada, il retourne à la Brain Dead Brasserie pour jouer en direct avec son looper et home studio. « C’était encore très dur, bonellian, mais c’était à peu près le spectacle que je fais aujourd’hui », dit-il calmement. Pour le premier spectacle payant de cette « version plus intense de -Same », certains clients s’étouffent sur leurs hamburgers : « J’ai fait un ensemble super émouvant dans lequel j’ai parlé de « sucer vos animaux de compagnie »… Sam, le patron, n’a rien dit parce qu’il a aussi un sens de l’humour crado. « Sam aussi le programme tous les dimanches avant d’imiter deux autres institutions locales, les jeudis et vendredis. Marc a trouvé sa formule et Frederick Whinery le regarde avec fierté : « Quand il joue, c’est comme traîner, brouiller ou freestyle ensemble, sauf que je ne peux pas lui parler pendant 90 minutes. » En août 2018, celui que son fils appelait « le bâtard le plus déterminé que vous pouviez rencontrer », Gilbert Rebillette son dernier souffle. Inspiré par ce père bien-aimé, Marc revient au centre de l’univers pour mettre en valeur les bars de Brooklyn avec ses milliers de fans sur Facebook et sa chaîne YouTube sous son bras. Après deux mois de cuisine, il commence à télécharger ses vidéos sur Facebook en plus de YouTube et… « Je n’ai aucune idée de ce qui s’est passé, mais les vidéos sont passées de 1000 à 20 000, puis à 50 000, 100 000 vues ! Des suggestions de concert ont inondé mes boîtes de réception, et un agent m’a contacté. »

La machine commence, et nous allons bientôt payer partout aux États-Unis et dans le monde entier pour voir comment « Loop Daddy » ses spectacles drôles viennent à la fois du pianiste et du grand terrain de jeu, de l’acteur ennuyeux, de l’amoureux de la musique ou du précaire. Sans répétitions honnêtes, mais à un rythme assez frénétique pour déménager à Mott Street après moins d’un an et prendre un Ajuster le guide touristique. Et Frederick Whinery ? Il a été engagé au Granada Theater, une salle de concert à Dallas. D’abord pour la sécurité, puis pour l’accueil des artistes. « J’ai pensé qu’en acquérant de l’expérience ici, admet-il, j’aurais pu être directeur de tournée pour Marc et conduire la voiture du bar à un bar. Mais il est allé trop vite, il doit travailler avec des professionnels. Je ne peux pas vous dire à quel point je suis fier et excité de ce qui lui arrive. « Ensemble, ils célébreront la nouvelle année 2020 avec un spectacle de Marc devant les 1000 spectateurs du Théâtre de Grenade.

Devant le Café Gitane, une rousse dans un blazer gris chiné demande une photo. « Je suis aussi musicienne, musicienne hip-hop, mais ma femme va baiser une piste quand elle verra ça », dit l’homme qui ajoute : « Vous vivez ici ? Je vends beaucoup de propriétés dans le coin, nous restons en contact sur Instagram ! « Cela le dérange de mettre à la disposition d’un public virtuel qui lui demande « une ou deux fois par jour, partout » ? Probablement pas. « J’ai écouté le vidéaste Casey Neistat, qui a dit à un podcast qu’il était difficile de sortir dîner parce que nous le reconnaissons et l’effrayons. J’ai plus de craintes aujourd’hui que jamais : combien de temps cela prendra-t-il ? Est-ce que ça a du sens ? Toutes ces conneries ! Mais si vous essayez d’être célèbre, mettez votre image au centre de ce que vous faites, vous avez une responsabilité envers les gens. Le gars a fait 800 vidéos sur lui, et il se plaint en public d’avoir des fans ? Va te faire, mec ! Ça fait partie de la vie que nous voulions ! « Gilbert doit être très fier.

Actu
Show Buttons
Hide Buttons